phase d'adaptation

Pourquoi la phase d’adaptation est si importante ?


Bonjour et bienvenue dans les Activités En Pédagogie. Dans mes articles, souvent j’écris que le changement prend du temps. Mais pourquoi avons-nous besoin de ce laps de temps ? C’est le thème que nous allons aujourd’hui aborder ensemble: la phase d’adaptation. Nous allons parler du temps d’adaptation des enfants (mais aussi des adultes), de pourquoi ce temps est là, de sa nécessité et comment faire pour progresser tout en la prenant en compte.

Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute mon dossier bonus « Comment gérer les conflits avec les enfants » Cliquez ici pour télécharger le bonus gratuitement !

Pourquoi avons-nous besoin d’une phase d’adaptation pour chaque changement de routine ou de comportement ?

Comment fonctionne notre cerveau?

Afin de bien comprendre le processus, j’explique ici brièvement le fonctionnement du cerveau. Le cerveau, comme vous le savez, est constitué neurones, permettant de transmettre des informations. Ces informations sont ensuite travaillées par le cerveau. Et enfin le cerveau provoque une réaction adéquate à la situation. Ces neurones sont reliés par des connexions neuronales. Plus la connexion neuronale est utilisée, plus elle est forte, plus elle est rapide et donc, plus elle sera privilégiée par le cerveau (même si celui-ci est un détour par rapport à un autre chemin neuronal qui n’est pas ou peu utiliser).

Pour imager tout ceci, on peut comparer la connexion neuronale à un chemin dans la nature. Dans une forêt vierge, si un chemin se dessine sur le sol par la traversée d’humains ou d’animaux, il y a de fortes chances, pour que vous preniez ce même chemin. Pourquoi donc? Parce que celui-ci est naturellement plus dégagé que les autres et donc plus facile. Et oui, il contient moins d’obstacles (des branches, des racines, de hautes herbes, etc…) et demande moins d’énergie.

Mais, bien-sûr, il vous est aussi possible de créer un nouveau chemin, mais cela vous coûtera vous sera plus difficile et vous coûtera plus d’énergie.

Il en est de même pour le cerveau. C’est pourquoi, le cerveau privilégie les connexions les plus importantes.

La bonne nouvelle, c’est que le cerveau à une plasticité

Qu’est-ce-que ça signifie? ça veut tout simplement dire que le cerveau a la faculté de se modifier, de se développer et donc d’apprendre de nouvelles choses et même de “désapprendre” certaines choses.

Pour modifier, il faut apprendre et désapprendre.

En restant sur la comparaison avec la forêt, afin d’apprendre de nouvelles choses, il faut essayer la direction souhaitée, donc tracer le chemin, puis l’utiliser régulièrement. Le cerveau a donc besoin d’utiliser les nouvelles connexions afin qu’elles s’ancrent de plus en plus, qu’elles prennent de plus en plus de place et qu’elles soient les chemins privilégiés pour le futur. Ces chemins deviendrons en quelque sorte les réflexes de l’avenir.

Pour désapprendre, il faut du temps. Si l’ancien chemin n’est plus utilisé, alors la nature va reprendre le dessus (la végétation va reprendre sa place). Il en est ici aussi de même pour le cerveau. Si une connexion n’est pas utilisée, celle-ci va petit à petit diminuer, s’effacer jusqu’à disparaître totalement ! Mais attention, si ce chemin est de nouveau ré-empreinté, alors celui reprendra sa place !

Combien de temps dure la phase d’adaptation ?

Dans le livre votre temps est infini de Fabien Olicard, il dit qu’une habitude est prise par le cerveau au bout d’environ 66 jours à condition que ce soit une habitude quotidienne (le nombre est bien-sûr variable d’un individu à  un autre). Dans mes études sur les jeunes enfants, mes professeurs parlent de 100 fois. Un enfant à besoin de vivre 100 fois une situation donnée afin qu’il imprègne la situation / règle / routine. Au bout de la 100ème tentative, il aura imprégné l’information et ne va plus essayer de déroger à la règle. Cependant, si lors de ces 100 tentatives, il y aura une fois où le résultat sera différent, alors de décompte repart de zéro (ou presque!). Et oui ! Il voit que l’ancien chemin est encore d’actualité, on peut encore le pratiquer et donc il est réactivé.

La phase d’adaptation est donc un passage obligé. Sans celle-ci, il ne peut pas y avoir de réussite !

Pourquoi y-a-t’il après une réussite des rechutes ?

Parfois, malgré tous nos efforts et la réussite des enfants, l’ancien comportement réapparaît d’un coup. Comme nous l’avons vu, si l’ancien chemin est empreinté de temps à autre, il est normal qu’il reprenne le dessus. Ou alors, il se peut que le changement ne soit pas utilisé suffisamment régulièrement, il n’est donc pas bien imprégné.

Ce n’est pas bien grave, ça signifie que vous devez travailler encore un peu avec votre enfant et veiller à prévoir des “séances de rappel” pour celui-ci.

Alors, comment faire concrètement pour avancer tout en prenant en compte cette phase d’adaptation?

Afin que la phase d’adaptation soit la plus efficace possible, il faut donc:

  • ne pas lâcher l’affaire trop vite (ou accepter une fois un comportement et la fois suivante pas). Bien sûr, il y a des situations où nous faisons une exception, mais comme son nom l’indique, ça doit rester une exception. Pour cela, il doit être clairement annoncé que ce n’est pas quelque chose qui sera accepté en règle générale;
  • féliciter chaque mini-progrès;
  • accepter que l’enfant retombe parfois dans ses habitudes précédentes, lui faire prendre conscience de la chose et l’encourager à aller dans la direction souhaitée;
  • proposer des activités où l’objectif (le comportement, la routine) souhaité est le seul objectif auquel on prête attention;
  • Inclure le plus souvent cette nouveauté dans le quotidien (idéalement, elle doit s’inscrire dans la routine quotidienne, sinon la mise en place sera plus longue et plus difficile)

Il est aussi difficile pour les adultes que pour les enfants de changer ses vieilles habitudes, mais c’est possible ! Essayez de faire de votre mieux afin que les changements se fassent en douceur et ne soyez pas trop dur avec vous-même, ni avec votre enfant. Le principal est de faire de son mieux!

Le changement, ça prend du temps,

Courage !

Clique ici pour découvrir le livre: Votre temps est infini

Voici d’autres articles qui pourraient vous intéresser:


chevron_left
chevron_right

Participer à la discussion

comment 8 commentaires
  • Mélanie

    Merci pour cet article vraiment très intéressant ! Les neurosciences sont tellement pleines d’enseignements sur notre capacité à apprendre, à s’adapter au changement. Dès qu’on sait tout ça, plein de choses nous paraissent si logiques, et on sait comment traverser cette période d’adaptation avec bienveillance !

    • activites-en-pedagogie.com

      Oui, parfois la théorie est ennuyeuse, mais elle éclaircit les choses !
      J’ai essayé d’être la plus concrête possible. 🙂

  • Caro Naturopathe

    Bonjour,
    J’aime beaucoup l’image du chemin neuronal comparé à celui dans la forêt vierge ! On comprend bien qu’il faut y aller à la machette au début, que ça prendra du temps mais que ça va finir par se faire car c’est pour la bonne cause 🙂

  • Klayros

    Merci pour cet article! Je connaissais un peu, mais tu m’as appris plusieurs petits détails qui m’échappaient et changent ma manière d’envisager le processus! Merci beaucoup!

  • David J

    D’excellentes informations sur le cerveau humain et en effet, le cerveau a beaucoup de difficultés de se débarrasser de mauvaises habitudes et d’en créer de nouvelles. C’est toutefois très amusant de faire cela, je trouve génial de forcer mon cerveau à pratiquer de nouvelles choses. Le meilleur moyen c’est que le cerveau s’amuse à sortir de sa zone de confort.

    Merci pour cet article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire
Nom
E-mail
Site

%d blogueurs aiment cette page :