Qu’est-ce que la Communication non-violente

  •  
  •  
  •  

Bonjour et Bienvenue sur Les Activités En Pédagogie ! Et Aujourd’hui, nous allons parler de la Communication Non-Violente.

 

Communication Non-ViolenteLa Communication Non-Violente (ou “Consciente” pour ceux qui préfèrent) a été pensée par Marshall Rosenberg dans les années 1960. Pour cela, il s’est inspiré de Gandhi, mais aussi de Krisnamurti, Martin Buber et de Teilhard de Chardin. Le but de la Communication Non-Violente pour Marshall Rosenberg était de « favoriser l’élan du cœur et nous relier à nous-mêmes et aux autres, laissant libre cours à notre bienveillance naturelle. ».

 

 

Ce concept est universel car il s’applique auprès de toutes les personnes au sein de chaque société (enfants, comme adultes. Dans la vie privée comme dans la vie professionnelle).

Pour Marshall Rosenberg:

“toute forme de violence est l’expression tragique d’un besoin insatisfait”. (Rosenberg) 

Et c’est là-dessus qu’il a basé toute la méthode.

 

Les bénéfices de la méthode:

 

  • La Communication Non-Violente permet d’être réellement écouté et comprit, mais aussi et surtout d’être prit au sérieux.
  • Ce qui augmente la volonté de coopération du récepteur de votre message
  • Et entretien un respect mutuel.

 

Rosenberg disait à ce propos, que ce sont:

“Le langage et les interactions qui renforcent notre aptitude à donner avec bienveillance et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant” (Rosenberg)

 

Les ustensiles à utiliser sont:

  • l’empathie,

  • l’authenticité

  • et la responsabilité

 

Communication Non-Violente

L´Ingrédient est: L’ O.S.B.D.

 

  • “O” pour Observation

L’observation est la description de ce qui s’est passé sans interprétation, ni jugement. Pour cela, il faut prêter beaucoup d’attention afin d’être le plus détaillé possible. La personne concernée peut être totalement inconsciente de ses faits et gestes et encore moins que cet acte précisément vous dérange. Afin de changer, il faut savoir de quoi nous parlons, sinon la personne risque de mettre toute son énergie à changer quelque chose qui n’avait pas lieu de l’être.

 

  • “S” pour Sentiment

Ici, il faut essayer de ressentir quelle(s) émotion(s) vous ressentez face à cette observation / situation. Il n’est pas toujours évident au début de reconnaître ses émotions. Prenez votre temps, c’est normal, car c’est un exercice dont nous n’avons pas l’habitude. Des exercices de relaxations tels que le Body-Scan, la méditation, l’entraînement Autogène ou le Yoga peuvent aider à se reconnecter avec son corps et ses sensations afin de mieux identifier ce que vous ressentez.

 

  • “B” pour Besoin

Maintenant que vous savez ce que vous ressentez, déterminez quel besoin(s) se cache(nt) derrière ces émotions. Car chaque émotion négative cache un besoin. Ça peut être un besoin physiologique, de bien-être physique, de sécurité, d’empathie, de compréhension, de créativité, d’amour, d’intimité, de jeu, de distraction, de repos, de détente, de récupération, d’autonomie ou encore un besoin de sens ou de spiritualité. Parfois, il faut quelques minutes afin de trouver pourquoi nous réagissons ainsi, c’est de nouveau tout à fait normal. Prenez le temps de bien interpréter afin de bien préparer votre demande.

 

  • et “D” pour Demande

La demande est donc ce que vous souhaitez concrètement pour l’avenir. Il est important de bien préciser ce que la personne doit faire pour satisfaire votre besoin. “Donner plus d’amour” n’est pas une demande suffisamment détaillé afin d’être efficace car ça porte plus sur votre besoin que sur la demande. Cependant “aller plus souvent au restaurant” ou “avoir des soirées rien qu’à vous sans téléphone et sans les enfants” sont des demandes bien plus concrètes dont la personne peut plus facilement satisfaire.

 

La recette:

Ajouter les ingrédients dans l’ordre afin de donner une pâte, telle que:

  • Lorsque je vois O (Observation),

  • Je me sens S (Sentiment),

  • car j’ai besoin de B (Besoin),

  • c’est pourquoi j’aimerais bien D (Demande).

Attention, il est important de n’oublier aucun ingrédient, sinon la recette risque de ne pas donner le résultat souhaité.

 

Communication Non-ViolenteComme mentionné plus haut, il se peut que vous rencontriez des difficultés au début à déterminer le O.S.B.D. (Observation; Sentiment; Besoin; Demande). Ne vous mettez pas la pression, c’est tout à fait normal. La pression risque de vous bloquer encore plus et de moins bien ressentir et analyser la situation. Avec de la pratique, vous allez les identifier de plus en plus rapidement et de plus en plus précisément. Il se peut que les premières fois ne soient pas parfaites, ce n’est pas très grave, car vous êtes dans la démarche d’améliorer votre communication avec votre entourage, ce qui n’est pas le cas de tous. Avec le temps et la pratique, tout ceci va se peaufiner.

 

Cette semaine prenez le temps de réfléchir à un point qui vous agace au sein de votre quotidien (au travail, chez votre mari ou avec vos enfants). Prenez le temps qu’il faudra pour déterminer chaque point. Si ça vous aide, écrivez-les et lorsque tous les points sont prêt, relisez-les afin que tout soit clair dans votre esprit et lancez-vous !

 

Écrivez-moi votre expérience en commentaire: comment ça s’est passé, la réaction de votre entourage, comment vous vous êtes senti? etc. J’ai hâte de lire vos retours et j’espère de tout cœur, que cette méthode vous sera d’une aide autant qu’elle me l’ait. 

 

Demain, nous nous retrouverons pour un autre article.

Si cet article vous a plu, il y en a d’autres qui pourraient aussi vous intéresser:

 

Littérature:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Communication_non_violente


  •  
  •  
  •  
chevron_left
chevron_right

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire
Nom
E-mail
Site

%d blogueurs aiment cette page :